العودة   منتديات صحابي > أقسام التـعلـيـم ومـراحله > منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية


منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية منتدى خاص بجميع بحوث لي مراحل تربوية


موسوعة البحوث الجاهزة بالفرنسية و الانجليزية للطور المتوسط

منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية


إضافة رد
 
LinkBack أدوات الموضوع انواع عرض الموضوع
قديم 01-14-2011   المشاركة رقم: 21 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية بنت الصحراء


البيانات
التسجيل: Sep 2008
العضوية: 3209
المشاركات: 15,271 [+]
بمعدل : 4.52 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 2500

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
بنت الصحراء غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

جزاك الله خيرا اخي الفاضل ونفع بك









عرض البوم صور بنت الصحراء   رد مع اقتباس
قديم 01-15-2011   المشاركة رقم: 22 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

بحث حول حقوق الاطفال
Les 10 droits
retenus par Copain du monde et sur lesquels s'articulent des actions de solidarité :

"Les droits énoncés ci-dessous doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune et sans distinction ou discrimination sur la couleur, le sexe, la religion, l'origine nationale ou sociale ou toute autre situation..."
Principe 1 de la Déclaration des droits de l'enfant
Article 1 de la Convention

1- Droit de s'alimenter, d'être à l'abri
"L' enfant a droit à une alimentation adéquate et à un logement sain"
Article 27 de la Convention
Exemple d'action de solidarité : l'aide alimentaire

2- Droit à la santé
"L'enfant a droit à des soins médicaux"
Article 24 de la Convention
Exemple : construction d'hôpitaux

3- Droit des enfants handicapés
"L'enfant physiquement, mentalement ou socialement désavantagé doit recevoir traitement, éducation et soins spéciaux"
Article 23 de la Convention
Exemple : Cassettes enregistrées à destination des non-voyants
4-Droit à l'école
"L'enfant a droit à une éducation"
Article 28 de la Convention
Exemple : construction d'écoles en Afrique
5-Droit aux loisirs
"L'enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et des activités récréatives orientées à des fins éducatives"
Article 31 de la Convention
Exemple : aide à l'in******ion dans des clubs de loisirs ou sportifs et achat d'équipement...
6a- Droit à la culture
"L'enfant a droit à une éducation qui contribue à sa culture"
Article 29 de la Convention
Exemple : visite de musées
6b-Respect du milieu naturel
"lui inculquer le respect du milieu naturel"
Article 29 de la Convention
Exemple : initiatives pour participer à des campagnes d'aide au développement, plantation d'arbres...
7-Droit aux secours
"L'enfant doit en toutes circonstances être parmi les premiers à recevoir protection et secours" et en particulier "les enfants touchés par un conflit armé"
Article 38 de la Convention
Exemple : aide d'urgence
8-Droit d'être protégé contre l'exploitation dans le travail
"L'enfant ne doit pas être admis à l'emploi avant un âge minimum approprié ni prendre une occupation qui nuise à sa santé, ni à son éducation"
Article 32 de la Convention
Exemple : constructions d'écoles dans différents pays (la scolarisation faisant reculer l'exploitation par le travail) accompagnées de programmes de développement économique
9-Droit d'être protégé contre les mauvais traitements
"L'enfant doit être protégé contre toute forme de violence, brutalité ou de négligence"
Article 19 de la Convention
Exemple : accueil familial pendant les vacances (trêve temporaire assurant un havre d'amour et de compréhension)

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post444250
10-Droit à l'expression
"L'enfant a droit à la liberté d'expression qui comprend la liberté de rechercher, recevoir, produire l'information, à la liberté d'association et à la liberté de réunion"
Articles 13 et 15 de la Convention (esprit de tolérance et protection contre toute discrimination)
Exemple : création et réalisation de journaux, de clubs...
"L'enfant doit être élevé dans un esprit de fraternité universelle et dans le sentiment qu'il lui appartient de consacrer son énergie et ses talents au service de ses semblables
وهذا بحث أخر

Pour permettre à l'enfant de jouir d'une enfance heureuse et où, et d'être protégé de tous les côtés et jouit des droits que lui assurait une vie heureuse, pour le bien et le bien de la société, à savoir:
* Prénom: -
L'enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Tout enfant, sans exception, devraient jouir de ces droits sans aucune distinction ou discrimination en raison de leur couleur, le sexe, la religion, l'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation, que ce soit pour lui ou pour sa famille.
* II: -
Devraient bénéficier d'une protection spéciale de l'enfant et lui donner les possibilités et facilités nécessaires à son développement physique, mental, moral, spirituel et social de façon saine et normale dans une atmosphère de liberté et de dignité.
Troisième: -
De l'enfant depuis sa naissance le droit d'avoir un nom et une nationalité.
Quatrième: -
L'enfant doit bénéficier de la sécurité sociale et être admissible à une croissance saine. À cette fin, nous devons être informés et sa mère est l'attention particulière à la protection nécessaires avant et après l'accouchement. L'enfant a le droit à une nourriture suffisante, le logement, les loisirs et les services médicaux.
Cinquièmement: -
L'enfant doit être physiquement handicapés, mentalement ou socialement handicapés, l'éducation et les soins spéciaux requis par son état.
Sixième: -
L'enfant, pour sa personnalité, a besoin d'amour et de compréhension. Doit donc être de plus en plus sous les auspices de ses parents sous la responsabilité, dans une atmosphère d'affection et de sécurité morale et matérielle ne doit pas, sauf dans certaines circonstances, la séparation de l'enfant de sa mère. Il incombe à la communauté et les pouvoirs publics à fournir des soins spéciaux pour les enfants privés de famille et à ceux qui n'ont pas de moyens suffisants.
* VII: -

L'enfant a droit de recevoir une éducation, qui devrait être gratuite et obligatoire dans l'enseignement élémentaire, au moins, que cette responsabilité incombe principalement aux parents. Doit être mis à la disposition des enfants une occasion à des jeux et des loisirs, qui doivent être adressées à la finalité de l'éducation elle-même. Société et les pouvoirs publics doivent s'efforcer de faciliter l'exercice de ce droit.
* VIII: -

L'enfant doit être, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.
* IX: -
L'enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d'exploitation. Ne peut pas être utilisé avant que l'enfant atteint l'âge de la majorité. Il est interdit dans tous les cas, le lecteur au travail ou à quitter le travail dans une profession ou qui nuise à sa santé ou l'éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.
* X: -
L'enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser raciale, religieuse ou toute autre forme de discrimination, et a grandi dans un esprit de compréhension, la tolérance et l'amitié entre les peuples, la paix et de fraternité universelle.

J en 1989, les dirigeants mondiaux ont reconnu que les enfants devaient avoir une convention spéciale juste pour eux, car elle nécessite souvent des personnes de moins de dix de soins spéciaux et de protection que les adultes ne sont pas.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/showthread.php?p=444250

Les dirigeants ont également voulu s'assurer que le monde reconnaisse les droits des enfants.

Le CRC est le premier instrument juridique international qui exige des États parties à la loi énonce toute la panoplie des droits de l'homme, à savoir les droits civils et politiques, ainsi que les droits culturels, économiques et sociaux.

La Convention a obtenu une acceptation quasi universelle, a été ratifiée jusqu'à présent par la partie 193 - plus de pays qui ont rejoint le système des Nations Unies ou des pays qui ont reconnu les Conventions de Genève.
mission de l'UNICEF est de protéger les droits des enfants et de plaidoyer pour les aider à satisfaire leurs besoins fondamentaux et d'accroître les possibilités qui s'offrent à eux afin de maximiser leur plein potentiel.
L'UNICEF est guidé en faisant cela par les dispositions et principes de la Convention relative aux droits de l'enfant.
La Convention comporte 54 articles et deux Protocoles facultatifs. Elle énonce les droits fondamentaux de l'homme pour être apprécié par les enfants du monde - sans discrimination, et ces droits: le droit des enfants à la survie, le développement et la croissance au maximum, et la protection contre les effets nocifs, et les mauvais traitements et d'exploitation, et de participer pleinement à la famille Dans la vie culturelle et sociale.
Les grands principes de la Convention dans les quatre fondamentaux: la non-discrimination; des efforts concertés pour le meilleur intérêt de l'enfant et le droit à la vie, le droit à la survie et le droit au développement; le droit au respect des opinions de l'enfant.
Tous les droits énoncés dans la Convention sont inhérents à la dignité humaine de l'enfant et le développement harmonieux avec eux.
La Convention protège les droits des enfants en fixant des normes en matière de soins de santé, l'éducation et des services sociaux, civils et juridiques pour les enfants.
En acceptant d'être lié par la Convention (en la ratifiant ou en y adhérant), les gouvernements nationaux se sont engagés à protéger et à garantir les droits des enfants, et a accepté de prendre la responsabilité de cet engagement devant la communauté internationale.
La Convention oblige les États parties à élaborer et à mettre en œuvre toutes les procédures et politiques à la lumière de l'intérêt supérieur de l'enfant ».
[Edit] de défendre les droits de l'enfant
A été pendant plusieurs années depuis le lancement d'une initiative mondiale visant à défendre les droits de l'enfant et le héros est le dodo, cette initiative vise à diffuser la Convention relative aux droits de l'enfant dans toutes les régions du monde sans distinction de race, de sexe, de religion, sociale ou l'orientation politique. Le site «CyberDodo, le Défenseur de la Vie" un outil de communication globale autour de laquelle tous ceux qui s'intéressent à la défense de la vie et de protection de l'environnement en coopération avec des organisations internationales accrédités Kmufodip Commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies, Interpol, l'international











عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-15-2011   المشاركة رقم: 23 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

بحث حول Pollution بالانجليزية
Pollution
From Wikipedia, the free encyclopedia
Jump to: navigation, search


Water pollution
Pollution is the release of environmental contaminants. The U.S., Russia, Mexico, China and Japan are the world leaders in air pollution emissions; however, Canada is the number two country on a per capita basis. The major forms of pollution include:
• air pollution, the release of chemicals and particulates into the atmosphere. Common examples include carbon monoxide, sulfur dioxide, chlorofluorocarbons (CFCs), and nitrogen oxides produced by industry and motor vehicles. Ozone and smog are created as nitrogen oxides and hydrocarbons react to sunlight.
• water pollution via surface runoff and leaching to groundwater.
• Soil contamination occurs when chemicals are released by spill or underground storage tank leakage. Among the most significant soil contaminants are hydrocarbons, heavy ****ls, MTBE, herbicides, pesticides and chlorinated hydrocarbons.
• radioactive contamination, added in the wake of 20th-century discoveries in atomic physics. (See alpha emitters and actinides in the environment.)
• noise pollution, which encompasses roadway noise, aircraft noise, industrial noise as well as high-intensity sonar.
• light pollution, includes light trespass, over-illumination and astronomical interference.
• visual pollution, which can refer to the presence of overhead power lines, motorway billboards, scarred landforms (as from strip mining), open storage of junk or municipal solid waste.

[edit] Sources and causes


Air pollution


The Lachine Canal, in Montreal, is polluted
Arguably the principal source of air pollutants worldwide is motor vehicle emissions, although many other sources have been found to contribute to the ever growing problem. While the EU has adopted stringent emissions controls, the U.S. has not been as assertive in this field; nevertheless, the U.S. is still the leading contributor to mobile source air emissions merely due to the very high number of vehicle miles traveled per capita.
Principal stationary pollution sources include chemical plants, coal-fired power plants, oil refineries, nuclear waste disposal activity, incinerators, large animal farms, PVC factories, ****ls production factories, plastics factories, and other heavy industry.
Some of the more common soil contaminants are chlorinated hydrocarbons (CFH), heavy ****ls (such as chromium, cadmium--found in rechargeable batteries, and lead--found in lead paint, aviation fuel and still in some countries, gasoline), MTBE, zinc, arsenic and benzene. Ordinary municipal landfills are the source of many chemical substances entering the soil environment (and often groundwater), emanating from the wide variety of refuse accepted, especially substances illegally discarded there, or from pre-1970 landfills that may have been subject to little control in the U.S. or EU.
Pollution can also be the consequence of a natural disaster. For example hurricanes often involve water contamination from sewage, and petrochemical spills from ruptured boats or automobiles. Larger scale and environmental damage is not uncommon when coastal oil rigs or refineries are involved. Some sources of pollution, such as nuclear power plants or oil tankers, can produce widespread and potentially hazardous releases when accidents occur.
In the case of noise pollution the dominant source class is the motor vehicle, producing about ninety percent of all unwanted noise worldwide.
[edit] Effects on human health
Pollutants can cause disease, including cancer, lupus, immune diseases, allergies, and asthma. Higher levels of background radiation have led to an increased incidence of cancer and mortality associated with it worldwide. Some illnesses are named for the places where specific pollutants were first formally implicated. One example is Minamata disease, which is caused by organic mercury compounds.
Adverse air quality can kill many organisms including humans. Ozone pollution can cause respiratory disease, cardiovascular disease, throat inflammation, chest pain and congestion. Water pollution causes approximately 14,000 deaths per day, mostly due to contamination of drinking water by untreated sewage in developing countries. Oil spills can cause skin irritations and rashes. Noise pollution induces hearing loss, high blood pressure, stress and sleep disturbance.
[edit] Regulation and monitoring
[edit] United States
The United States Environmental Protection Agency (EPA) established threshold standards for air pollutants to protect human health on January 1, 1970. One of the ratings chemicals are given is carcinogenicity. In addition to the classification "unknown", designated levels range from non-carcinogen, to likely and known carcinogen. But some scientists have said that the concentrations which most of these levels indicate are far too high and the exposure of people should be less. In 1999, the United States EPA replaced the Pollution Standards Index (PSI) with the Air Quality Index (AQI) to incorporate new PM2.5 and Ozone standards.
Passage of the Clean Water Act amendments of 1977 required strict permitting for any contaminant discharge to navigable waters, and also required use of best management practices for a wide range of other water discharges including thermal pollution.
Passage of the Noise Control Act established mechanisms of setting emission standards for virtually every source of noise including motor vehicles, aircraft, certain types of HVAC equipment and major appliances. It also put local government on notice as to their responsibilities in land use planning to address noise mitigation. This noise regulation framework comprised a broad data base detailing the extent of noise health effects.
The U.S. has a maximum fine of US dollar|US$25,000 for dumping toxic waste. However, many large manufacturers decline to dispute violations, as they can easily afford this small fine. The state of California Cal/EPA Office of Environmental Health Hazard Assessment (OEHHA) has maintained an independent list of substances with product labeling requirements as part of Proposition 65 since 1986.
[edit] Europe


We can notice pollution on this French building, in Bordeaux
Generally the European countries lagged significantly behind the United States in meaningful environmental regulation, including air quality standards, water quality standards, soil contamination cleanup, indoor air quality and noise regulations.[1] Despite this, European pollution output is far lower than that of the USA. In the year 2000, UK Air Quality Regulations were established and they were further amended in 2002. There has also been British harmonization with EU regulations.
The EU is presently entertaining use of the carcinogen MTBE as a widespread gasoline additive, a chemical which has been in the process of phaseout in the U.S. for over a decade.
he second part of the statutory definition of contaminated land covers where polluting material is entering or likely to enter controlled waters. The statutory guidance provides that the likelihood of the entry of the contaminant is to be assessed on the balance of probabilities. The definition of contaminated land within Part IIA (in relation to pollution of controlled waters), in that the contamination will need to be deemed to be significant.
There is currently no guidance available on what may, or may not, be significant pollution of controlled waters except that one that is based upon risk is considered to be appropriate. This approach has already been taking place throughout the industry and widely accepted by the regulators as a means of assessing the significance of groundwater contamination. As such pollutant linkages with respect to ground and surface water targets/receptors are considered in a similar manner to that for significant harm.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post444668
[edit] Soil contamination
Two sources of published generic guidance are currently commonly used in the UK:
• The Contaminated Land Exposure Assessment (CLEA) Guidelines
• The Dutch Standards.
Guidance by the Inter Departmental Committee for the Redevelopment of Contaminated Land (ICRCL) has been formally withdrawn by the Department for Environment, Food and Rural Affairs (DEFRA), for use as a pre******ive document to determine the potential need for remediation or further assessment. Therefore, no further reference is made to these former guideline values.
Other generic guidance that may be referred to (to put the concentration of a particular contaminant in context), include the United States EPA Region 9 Preliminary Remediation Goals (US PRGs), the US EPA Region 3 Risk Based Concentrations (US EPA RBCs) and National Environment Protection Council of Australia Guideline on Investigation Levels in Soil and Groundwater.
The CLEA model published by DEFRA and the Environment Agency (EA) in March 2002 sets a framework for the appropriate assessment of risks to human health from contaminated land, as required by Part IIA of the Environmental Protection Act 1990. As part of this framework, generic Soil Guideline Values (SGVs) have currently been derived for ten contaminants to be used as “intervention values”. These values should not be considered as remedial targets but values above which further detailed assessment should be considered.
Three sets of CLEA SGVs have been produced for three different land uses, namely:
• residential (with and without plant uptake)
• allotments
• commercial/industrial
It is intended that the SGVs replace the former ICRCL values. It should be noted that the CLEA SGVs relate to assessing chronic (long term) risks to human health and do not apply to the protection of ground workers during construction, or other potential receptors such as groundwater, buildings, plants or other ecosystems. The CLEA SGVs are not directly applicable to a site completely covered in hardstanding, as there is no direct exposure route to contaminated soils.
To date, the first ten of fifty-five contaminant SGVs have been published, for the following: arsenic, cadmium, chromium, lead, inorganic mercury, nickel, selenium ethyl benzene, phenol and toluene. Draft SGVs for benzene, naphthalene and xylene have been produced but their publication is on hold. Toxicological data (Tox) has been published for each of these contaminants as well as for benzo[a]pyrene, benzene, dioxins, furans and dioxin-like PCBs, naphthalene, vinyl chloride, 1,1,2,2 tetrachloroethane and 1,1,1,2 tetrachloroethane, 1,1,1 trichloroethane, tetrachloroethene, carbon tetrachloride, 1,2-dichloroethane, trichloroethene and xylene. The SGVs for ethyl benzene, phenol and toluene are dependent on the soil organic matter (SOM) ******* (which can be calculated from the total organic carbon (TOC) *******). As an initial screen the SGVs for 1% SOM are considered to be appropriate.
[edit] Groundwater
The Water Supply Regulations (WSR) 1989 value, the UK Freshwater Environmental Quality Standards (FEQS), Dutch Intervention Values (DIV), World Health Organisation (WHO) Guidelines for Drinking Water Quality 2004 and USEPA Drinking Water Advisory are used in the UK as initial conservative screening values to assess whether groundwater contamination requires further assessment in terms of the wider groundwater/surface water environment. Where further assessment is considered necessary, this is undertaken qualitatively or quantitatively (if considered necessary or appropriate)on a Site specific basis using the Environment Agency (EA) Spreadsheets associated with R & D Paper 20, “Methodology for the Derivation of Remedial Targets for Soil and Groundwater to Protect Water Resources, Version 2.2” or similar.
[edit] China
China's rapid industrialization has substantially increased pollution. China has some relevant regulations: the 1979 Environmental Protection Law, which was largely modelled on U.S. legislation. But the environment continues to deteriorate. [2] Twelve years after the law, only one Chinese city was making an effort to clean up its water discharges. [3] This indicates that China is about 30 years behind the U.S. schedule of environmental regulation and 10 to 20 years behind Europe.
[edit] International
The Kyoto Protocol is an amendment to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), an international treaty on global warming. It also reaffirms sections of the UNFCCC. Countries which ratify this protocol commit to reduce their emissions of carbon dioxide and five other greenhouse gases, or engage in emissions trading if they maintain or increase emissions of these gases. A total of 141 countries have ratified the agreement. Notable exceptions include the United States and Australia, who have signed but not ratified the agreement. The stated reason for the United States not ratifying is the exemption of large emitters of greenhouse gases who are also developing countries, like China and India[4].

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/showthread.php?p=444668
[edit] History
[edit] Prehistory
Humankind has had some effect upon the natural environment since the paleolithic era during which the ability to generate fire was acquired. In the iron age, the use of tooling led to the practice of ****l grinding on a small scale and resulted in minor accumulations of discarded material probably easily dispersed without too much impact. Human wastes would have polluted rivers or water sources to some degree. However, these effects could be expected predominantly to be dwarfed by the natural world.
[edit] Ancient cultures
The first advanced civilizations of China, Egypt, Persia, Greece and Rome increased the use of water for their manufacture of goods, increasingly forged ****l and created fires of wood and peat for more elaborate purposes (for example, bathing, heating). Still, at this time the scale of higher activity did not disrupt ecosystems or greatly alter air or water quality.
[edit] Middle Ages
The dark ages and early Middle Ages were a great boon for the environment, in that industrial activity fell, and population levels did not grow rapidly. Toward the end of the Middle Ages populations grew and concentrated more within cities, creating pockets of readily evident contamination. In certain places air pollution levels were recognizable as health issues, and water pollution in population centers was a serious medium for disease transmission from untreated human waste.
Since travel and widespread information were less common, there did not exist a more general context than that of local consequences in which to consider pollution. Foul air would have been considered a nuissance and wood, or eventually, coal burning produced smoke, which in sufficient concentrations could be a health hazard in proximity to living quarters. Septic contamination or poisoning of a clean drinking water source was very easily fatal to those who depended on it, especially if such a resource was rare. Superstitions predominated and the extent of such concerns would probably have been little more than a sense of moderation and an avoidance of obvious extremes.
[edit] First recognition
But gradually increasing populations and the proliferation of basic industrial processes saw the emergence of a civilization that began to have a much greater collective impact on its surroundings. It was to be expected that the beginnings of environmental awareness would occur in the more developed cultures, particularly in the densest urban centers. The first medium warranting official policy measures in the emerging western world would be the most basic: the air we breathe.
King Edward I of England banned the burning of sea-coal by proclamation in London in 1272, after its smoke had become a problem. [5] [6] But the fuel was so common in England that this earliest of names for it was acquired because it could be carted away from some shores by the wheelbarrow. Air pollution would continue to be a problem there, especially later during the industrial revolution, and extending into the recent past with the Great Smog of 1952. This same city also recorded one of the earlier extreme cases of water quality problems with the Great Stink on the Thames of 1858, which led to construction of the London sewerage system soon afterward.
It was the industrial revolution that gave birth to environmental pollution as we know it today. The emergence of great factories and consumption of immense quantities of coal and other fossil fuels gave rise to unprecedented air pollution and the large volume of industrial chemical discharges added to the growing load of untreated human waste. Chicago and Cincinnati were the first two American cities to enact laws ensuring cleaner air in 1881. Other cities followed around the country until early in the 20th century, when the short lived Office of Air Pollution was created under the Department of the Interior. Extreme smog events were experienced by the cities of Los Angeles and Donora, Pennsylvania in the late 1940s, serving as another public reminder. [7]
[edit] Modern awareness


Early Soviet poster, before the modern awareness: "The smoke of chimneys is the breath of Soviet Russia"
Pollution began to draw major public attention in the United States between the mid-1950s and early 1970s, when Congress passed the Noise Control Act, the Clean Air Act, the Clean Water Act and the National Environmental Policy Act.
Bad bouts of local pollution helped increase consciousness. PCB dumping in the Hudson River resulted in a ban by the EPA on consumption of its fish in 1974. Long-term dioxin contamination at Love Canal starting in 1947 became a national news story in 1978 and led to the Superfund legislation of 1980. Legal proceedings in the 1990s helped bring to light Chromium-6 releases in California--the champions of whose victims, such as Erin Brockovich, became famous. The pollution of industrial land gave rise to the name brownfield, a term now common in city planning. DDT was banned in most of the developed world after the publication of "Silent Spring".
The development of nuclear science introduced radioactive contamination, which can remain lethally radioactive for hundreds of thousands of years. Lake Karachay, named by the Worldwatch Institute as the "most polluted spot" on earth, served as a disposal site for the Soviet Union thoroughout the 1950s and 1960s. Nuclear weapons continued to be tested in the Cold War, sometimes near inhabited areas, especially in the earlier stages of their development. The toll on the worst-affected populations and the growth since then in understanding about the critical threat to human health posed by radioactivity has also been a prohibitive complication associated with nuclear power. Though extreme care is practiced in that industry, the potential for disaster suggested by incidents such as those at Three Mile Island and Chernobyl pose a lingering specter of public mistrust. One legacy of nuclear testing before most forms were banned has been significantly raised levels of background radiation.
International catastrophes such as the wreck of the Amoco Cadiz oil tanker off the coast of Brittany in 1978 and the Bhopal industrial disaster in 1984 have demonstrated the universality of such events and the scale on which efforts to address them needed to engage. The borderless nature of the atmosphere and oceans inevitably resulted in the implication of pollution on a planetary level with the issue of global warming. Most recently the term persistent organic pollutant (POP) has come to describe a group of chemicals such as PBDEs and PFCs among others. Though their effects remain somewhat less well understood owing to a lack of experimental data, have been detected in various ecological habitats far removed from industrial activity such as the arctic, demonstrating bioaccumulation after only a relatively brief period of widespread use.
Growing evidence of local and global pollution and an increasingly informed public over time have given rise to environmentalism and the environmental movement, which generally seek to limit human impact on the environment.
[edit] Perspectives
The earliest precursor of pollution generated by life forms would have been a natural function of their existence. The attendant consequences on viability and population levels fell within the sphere of natural selection. These would have included the demise of a population locally or ultimately, species extinction. Processes that were untenable would have resulted in a new balance brought about by changes and adaptations. At the extremes, for any form of life, consideration of pollution is superseded by that of survival.
For mankind, the factor of technology is a distinguishing and critical consideration, both as an enabler and an additional source of byproducts. Short of survival, human concerns include the range from quality of life to health hazards. Since science holds experimental demonstration to be definitive, modern treatment of toxicity or environmental harm involves defining a level at which an effect is observable. Common examples of fields where practical measurement is crucial include automobile emissions control, industrial exposure (eg OSHA PELs), toxicology (eg LD50), and medicine (eg medication and radiation doses).
"The solution to pollution is dilution", is a dictum which summarizes a traditional approach to pollution management whereby sufficiently diluted pollution is not harmful. [8] [9] It is well-suited to some other modern, locally-scoped applications such as laboratory safety procedure and hazardous material release emergency management. But it assumes that the dilutant is in virtually unlimited supply for the application or that resulting dilutions are acceptable in all cases.
Such simple treatment for environmental pollution on a wider scale might have had greater merit in earlier centuries when physical survival was often the highest imperative, human population and densities were lower, technologies were simpler and their byproducts more benign. But these are often no longer the case. Furthermore, advances have enabled measurement of concentrations not possible before. The use of statistical methods in evaluating outcomes has given currency to the principle of probable harm in cases where assessment is warranted but resorting to deterministic models is impractical or unfeasible. In addition, consideration of the environment beyond direct impact on human beings has gained prominence.
Yet in the absence of a superseding principle, this older approach predominates practices throughout the world. It is the basis by which to gauge concentrations of effluent for legal release, exceeding which penalties are assessed or restrictions applied. The regressive cases are those where a controlled level of release is too high or, if enforceable, is neglected. [10] Migration from pollution dilution to elimination in many cases is confronted by challenging economical and technological barriers.
[edit] Controversy
Industry and concerned citizens have battled for decades over the significance of various forms of pollution. Salient parameters of these disputes are whether:
• a given pollutant affects all people or simply a genetically vulnerable set.
• an effect is only specific to certain species.
• whether the effect is simple, or whether it causes linked secondary and tertiary effects, especially on biodiversity
• an effect will only be apparent in the future and is presently negligible.
• the threshold for harm is present.
• the pollutant is of direct harm or is a precursor.
• employment or economic prosperity will suffer if the pollutant is abated.
Blooms of algae and the resultant eutrophication of lakes and coastal ocean is considered pollution when it is caused by nutrients from industrial, agricultural, or residential runoff in either point source or nonpoint source form (see the article on eutrophication for more information).
Heavy ****ls such as lead and mercury have a role in geochemical cycles and they occur naturally. These ****ls may also be mined and, depending on their processing, may be released disruptively in large concentrations into an environment they had previously been absent from. Just as the effect of anthropogenic release of these ****ls into the environment may be considered 'polluting', similar environmental impacts could also occur in some areas due to either autochthonous or historically 'natural' geochemical activity.


Historical and projected CO2 emissions by country (1990-2025).
Source: Energy Information Administration.
Carbon dioxide, while vital for photosynthesis, is sometimes referred to as pollution, because raised levels of the gas in the atmosphere affect the Earth's climate. See global warming for an extensive discussion of this topic. Disruption of the environment can also highlight the connection between areas of pollution that would normally be classified separately, such as those of water and air. Recent studies have investigated the potential for long-term rising levels of atmospheric carbon dioxide to cause slight but critical increases in the acidity of ocean waters, and the possible effects of this on marine ecosystems.











عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-16-2011   المشاركة رقم: 24 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

بحث التلوث بالفرنسية
LA DEFINITION
la pollution est la contamination (d'une personne, d'un lieu, etc.) par des substances impures, c'est-à-dire inappropriées au contexte (au sens religieux). C'est donc un mot d'origine religieuse, et qui, de fait, conserve un caractère sacré assez marqué.
Une définition contemporaine du terme pollution est un phénomène ou élément perturbateur d'un équilibre établi et plus particulièrement si cet élément est nuisible à la vie. La pollution peut être anthropique (c'est-à-dire créée par l'Homme) ou d'origine non humaine .
TYPES DE POLLUTIONS
On parle de « pollution diffuse », lorsque les sources d'un polluant sont multiples (pots d'échappement, épandage de pesticides..) et de « pollution chronique » lors d'émissions répétées ou constante de polluant, et parfois lorsqu'un polluant est très rémanent.
POLLUTION DE L’AIR
La pollution de l'air, provoquée par des polluants dits atmosphériques est plus délicate à réglementer efficacement dans un cadre local ou national que beaucoup d'autres formes de pollutions (de même pour les pollutions marines). Des conventions mondiales concernent les polluants destructeurs de la couche d'ozone ou les gaz à effet de serre, tous capables de modifier le fonctionnement planétaire du monde vivant. Elle intègre la pollution biologique induite par des taux anormaux ou anormalement allergènes de microbes, virus, pollens ou de spores fongiques. Les effets allergènes (rhinite, conjonctivite, asthme) de ces particules biologiques sont en augmentation, et ils semblent souvent exacerbés par les polluants urbains et générés par les transports

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post444670
POLLUTION DES SOLS
La pollution du sol peut être diffuse ou locale, d'origine industrielle, agricole (suite à l'utilisation massive d'engrais ou de pesticides qui s'infiltrent dans les sols). Ces pollutions agricoles peuvent avoir plusieurs impacts sur la santé humaine, en touchant des nappes phréatiques d'une part et en contaminant par bioaccumulation les cultures poussant sur ces sols d'autre part.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/showthread.php?p=444670
POLLUTION DE L'EAU
La pollution de l'eau peut avoir diverses origines parmi lesquelles :
les exploitations agricoles industrielles : qui rejettent divers produits présents dans les engrais (comme des nitrates) ou les produits phytosanitaires peuvent polluer les nappes phréatiques et entraîner la fermeture de points de captages d'eau potable si leur présence est trop importante
l'industrie : dont ses sous-produits sont une des sources de pollution de l'eau parmi les plus importantes. Il s'agit essentiellement de produits chimiques et d'
hydrocarbures (dégazage).
les eaux usées : qui si elles ne sont pas traitées correctement peuvent être une source de pollution de l'eau. Dans des pays développés comme en France, des législations ont été mises en place obligeant à un traitement des eaux usées, ce type de pollution devient donc de moins en moins important .
LES CAUSES DE LA POLLUTION
Toute activité humaine génère de la pollution, notamment sous forme de déchets, dont une partie peut être évacuée par l’eau. L’urine et les matières fécales que nous faisons disparaître en tirant la chasse d’eau représentent en fait les déchets de notre activité biologique. Tout comme les résidus de lait ou de fromages qui sont emportées avec l’eau qui sert à nettoyer les fonds de cuves ne sont pas autre chose que les déchets de l'activité d'une laiterie ou d'une fromagerie.



LES CONSEQUENCES DE LA POLLUTION SUR L'ENVIRONNEMENT
Elles se traduisent par l'effet de serre, les pluies acides, la modification de la couche d'ozone. Des organismes de surveillance de pollution se sont mis en place comme Air Pays de la Loire, ... qui, grâce aux mesures effectuées préviennent les décideurs et les industriels.
PROTECTION CONTRE LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE
Un site pollué nécessite un assainissement du point de vue de la protection des personnes contre la pollution atmosphérique si l’air interstitiel dépasse la valeur de concentration mentionnée à l’annexe 2 et si les émissions dégagées par le site atteignent des endroits dans lesquels des personnes peuvent se trouver régulièrement pendant un certain temps.
PROTECTION CONTRE LES ATTEINTES PORTEES AUX SOLS
1 Un sol qui constitue un site pollué ou une partie de site pollué nécessite un assainissement lorsqu’une substance qu’il contient dépasse la valeur de concentration correspondante fixée à l’annexe 3. Cela s’applique aussi aux sols faisant déjà l’objet d’une restriction d’utilisation.
2 Les sols qui ne nécessitent pas un assainissement au sens de l’al. 1, même s’ils constituent un site pollué ou une partie de site pollué, et les atteintes portées aux sols par les sites pollués sont évalués selon l’ordonnance du 1er juillet 1998 sur les atteintes portées aux sols
2.









عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-16-2011   المشاركة رقم: 25 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

Violence en milieu de travail



Qu'est-ce que la violence en milieu de travail?
On pense ordinairement que la violence est strictement une question d'agression physique, mais cette question revêt un aspect beaucoup plus étendu en milieu de travail. Il faut alors considérer qu'il y a violence dans tous les cas comme les suivants, où une personne se sent maltraitée, menacée, intimidée ou agressée dans le contexte de son travail :
  • comportement menaçant - gestes du poing, destruction matérielle, objets lancés
  • menaces orales ou écrites - toute expression d'une intention d'infliger du mal
  • harcèlement - tout comportement qui abaisse une personne, l'humilie, la gêne, l'inquiète, l'ennuie ou l'injurie, que cela soit par des mots, des gestes, de l'intimidation, de la contrainte ou d'autres activités inappropriées
  • excès verbaux - jurons, insultes ou langage condescendant
  • agression physique - coups portés de la main ou du pied, poussées, bousculade
La violence en milieu de travail peut prendre des formes aussi diverses que les rumeurs, les jurons, les injures, les mauvais coups, les chicanes, les dommages matériels, le vandalisme, le sabotage, la bousculade, le vol, l'agression physique ou psychologique, les accès de colère, le viol, l'incendie volontaire et le meurtre.
On peut considérer qu'il y a violence reliée au travail même si l'employé ne se trouve pas sur ses lieux de travail ordinaires. La violence peut en effet survenir lorsqu'un employé travaille hors les lieux, qu'il agit à titre professionnel ailleurs qu'au travail (p. ex., conférences, foires commerciales), qu'il assiste à des mondanités reliées au travail, qu'il se trouve chez un client ou qu'il est à domicile lorsque survient un incident relié à son travail (p. ex., menaces adressées par un client au téléphone).

Quels sont les facteurs professionnels qui augmentent le risque de violence?
Il y a des procédés, des relations et d'autres facteurs professionnels qui augmentent le risque de violence en milieu de travail. Citons comme exemples :
  • le travail avec le public
  • la manutention d'argent comptant, d'objets de valeur ou de médicaments (p.ex., caissiers, pharmaciens)
  • la tenue d'inspections ou l'application des règlements (p. ex., fonctionnaires).
  • la prestation de services, soins, conseils ou formation (p. ex., soins médicaux, enseignement)
  • le travail avec des personnes instables (p. ex., service social ou justice pénale)
  • le travail dans des débits d'alcool (p. ex., service aux tables)
  • le travail seul ou en petit nombre (p.ex., commis de dépanneurs, agents d'immeuble)
  • le travail communautaire (p.ex., infirmières, travailleurs sociaux et soignants à domicile)
  • les lieux de travail mobiles (p.ex., chauffeurs de taxi).
  • le travail en période de changement organisationnel intense (p.ex., grève, compression de personnel)
Le risque de violence peut être plus grand à certaines heures du jour ou de la nuit ou à certains temps de l'année, par exemple :
  • tard le soir et aux petites heures du matin
  • au temps des déclarations pour fins d'impôts
  • à l'échéance des comptes de services publics
  • à Noël
  • aux jours de paye
  • au temps des bulletins et des rencontres avec les parents
  • au temps des évaluations du rendement
Le risque de violence peut augmenter selon l'emplacement du lieu de travail, par exemple :
  • proche d'immeubles ou de commerces où le risque de violence est élevé (p.ex., bars, banques)
  • dans un endroit éloigné de tout autre immeuble ou structure

Quels sont les groupes professionnels exposés à un risque plus élevé de violence en milieu de travail?
Certaines professions, comme les suivantes, ont tendance à présenter un risque de violence plus élevé que les autres :

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post444676
  • travailleurs des soins de santé
  • agents de services correctionnels
  • employés des services sociaux
  • enseignants
  • inspecteurs municipaux des logements
  • employés des travaux publics
  • employés du commerce au détail

Comment savoir si mon milieu de travail est à risque?
Prenez connaissance des antécédents de violence dans votre lieu de travail particulier.
Evaluez les antécédents de violence dans des lieux de travail semblables.
  • Renseignez-vous auprès des organismes cadres auxquels vous appartenez, p. ex., votre association industrielle, la commission des accidents du travail, votre syndicat ou les responsables de santé sécurité.
  • Demandez conseil aux experts en sécurité de vos services policiers régionaux.
  • Lisez les publications pertinentes.
  • Collectionnez les articles de journaux et de revues sur la violence dans votre industrie.
Communiquez avec les autorités législatives pour voir si des articles de législation particuliers sur la violence en milieu de travail s'appliquent dans votre cas.
Organisez et analysez l'information que vous avez recueillie. Cherchez des tendances et identifiez des tâches et des emplacements que vous considérez plus exposés aux risques. Enregistrez les résultats de votre évaluation et utilisez ce document pour mettre au point un programme de prévention renfermant des recommandations spécifiques pour réduire le risque de violence dans votre milieu de travail.

Comment puis-je prévenir la violence dans mon milieu de travail?
La plus importante partie de tout programme de prévention de la violence en milieu de travail est l'engagement de la direction. Pour bien faire, cet engagement devrait être exprimé sous forme d'une politique écrite qui présente les aspects suivants :
  • Être élaborée par des représentants de la direction et des employés.
  • S'appliquer à la direction, aux employés, aux clients, aux entrepreneurs indépendants et à quiconque entretient une relation quelconque avec son entreprise.
  • Définir en langage précis et concret ce que signifie pour soi la violence en milieu de travail.
  • Donner des exemples clairs de comportements et de conditions de travail inacceptables.
  • Énoncer clairement l'attitude de votre entreprise envers la violence reliée au travail et l'engagement de la direction à prévenir ce genre de violence.
  • Préciser les conséquences pour quiconque profère des menaces ou commet des actes de violence.
  • Esquisser le procédé de mise au point des mesures préventives.
  • Encourager la déclaration de tout incident de violence.
  • Désigner les personnes et le procédé confidentiel qui permettent aux employés de déclarer les incidents de violence.
  • Donner l'assurance qu'il n'y aura pas de représailles contre les employés qui déclarent les incidents de violence.
  • Esquisser les procédures d'enquête et de résolution des plaintes.
  • Décrire comment les risques éventuels de violence seront communiqués aux employés.
  • Exprimer l'engagement à donner des services de soutien aux victimes de violence.
  • Offrir un Programme d'aide aux employés (PAE) dont ceux-ci pourront se prévaloir confidentiellement pour obtenir de l'aide dans leurs difficultés personnelles.
  • Préciser l'engagement de la compagnie à fournir la formation nécessaire sur la prévention de la violence à tous les niveaux de son personnel.
  • Formuler un engagement à contrôler et à réviser régulièrement la politique sur la violence.
  • Citer les exigences réglementaires applicables.

Quels sont les avantages d'une politique écrite sur la violence, le harcèlement et les comportements inacceptables en milieu de travail?
Une politique écrite informe les employés sur ce qui suit :
  • quels sont les comportements (p.ex., violence, intimidation, menaces, harcèlement) que la direction considère inappropriés en milieu de travail,
  • que faire s'il se produit un incident visé par la politique, et
  • à qui s'adresser pour déclarer les incidents.
Une telle politique sert aussi à encourager les employés à déclarer les incidents et elle démontre l'engagement de la direction à intervenir en cas de violence, de harcèlement ou d'autre comportement inacceptable. Certains employeurs, désirant faire mieux que de répondre strictement aux exigences, ajoutent à leur politique un article concernant le « harcèlement personnel ». Ce genre de harcèlement est couvert par la définition d'usage - comportement qui abaisse, humilie ou gêne une personne - mais il n'est pas visé par la législation sur les droits de la personne qui spécifie le harcèlement fondé sur la race, l'origine ethnique, la religion, le sexe, etc.

Pourriez-vous me donner des exemples de mesures préventives?
Les mesures préventives se classent ordinairement en trois catégories : conception des lieux de travail, pratiques administratives et pratiques de travail.
La conception des lieux de travail traite de facteurs comme l'aménagement, la disposition, l'emploi d'affiches, le verrouillage ou les obstacles physiques, l'éclairage et la surveillance électronique. La sécurité des immeubles est un domaine où les questions de conception sont très importantes. Il faut, par exemple, considérer ce qui suit :
  • Mettre les aires de réception, de vente et de service à la clientèle à des endroits où les autres employés et le public peuvent voir ce qui se passe.
  • Placer le mobilier de manière à ce que l'employé soit plus près de la sortie que le client et qu'il ne puisse pas être coincé.
  • Installer des barrières physiques, p. ex., des guichets cloisonnés ou des enceintes à l'épreuve des balles.
  • Avoir aussi peu d'entrées que possible donnant accès aux lieux de travail.
  • Utiliser des cartes ou des clés codées pour contrôler l'accès à l'immeuble ou à certaines aires.
  • Avoir un éclairage extérieur suffisant autour de l'immeuble et près des entrées.
  • Placer des clôtures stratégiquement pour contrôler l'accès aux lieux de travail.
Les pratiques administratives découlent des décisions que vous prenez sur la conduite de vos affaires. Par exemple, si vous désirez réduire le risque occasionné par la manutention d'argent comptant, vous pouvez adopter des pratiques administratives comme les suivantes :
  • Garder aussi peu d'argent que possible dans les caisses.
  • Utiliser des systèmes de paiement électronique pour réduire la quantité d'argent en mains.
  • Faire les relèves de caisse à des heures différentes.
  • Installer et utiliser un coffre-fort de dépôt provisoire.
  • Faire dépouiller la caisse régulièrement par une firme de sécurité autorisée.
Les pratiques de travail concernent la façon dont vous vous y prenez pour exécuter votre travail. Les gens qui ne travaillent pas dans un milieu conventionnel, par exemple les agents d'immeubles et les gens qui donnent des soins à domicile, peuvent adopter différentes pratiques de travail, comme les suivantes, pour réduire le risque :
  • Dresser un plan de travail quotidien pour que les gens sachent où on doit se trouver à des heures données.
  • Désigner une personne contact au bureau et une personne de secours.
  • Tenir sa personne contact au courant de ses allées et venues et respecter son itinéraire.
  • Vérifier les pièces d'identité de ses clients.
  • Travailler en duo, surtout lorsqu'on se sent que sa sécurité personnelle est menacée.
  • NE PAS entrer dans une situation ou un endroit où on se sent menacé ou hors de sécurité.

Y a-t-il de la législation spécifique sur la prévention de la violence en milieu de travail?
Dans la plupart des administrations canadiennes, la législation santé sécurité au travail comprend une disposition de « devoir général de diligence » voulant que les employeurs prennent toutes les précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité de leurs employés. Vous trouverez des renseignements additionnels à ce sujet sur notre site Web Réponses SST «
Législation en matière d'HST - Diligence raisonnable ». Cette disposition comprendrait la protection des employés contre un risque connu de violence en milieu de travail..
Les provinces qui ont des règlements précis sur la prévention de la violence en milieu de travail comprennent l'Alberta, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, le Manitoba, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, ainsi que les milieux de travail sous réglementation fédérale (les organismes visés par le Code canadien du travail, Partie II). Le Québec a adopté une loi qui interdit le « harcèlement psychologique », ce qui peut comprendre plusieurs formes de violence au travail. De nombreux gouvernements ont aussi adopté des lois qui régissent les employés qui travaillent seul. Certaines de ces lois ont peut-être des dispositions sur la prévention de la violence en milieu de travail.
Pour obtenir une liste des référence précises à la violence dans les lois canadiennes, veuillez
cliquer ici .(Remarque : Il ne vous en coûtera rien pour voir la liste, mais vous devrez obtenir un abonnement pour consulter la loi.)
Aux États-Unis, il y a une « General Duty Clause » dans la « Occupational Safety and Health Act » qui comprendrait le risque reconnu de violence en milieu de travail. La Californie a de la législation sur la prévention des blessures au travail et une loi spécifique pour combattre la violence dans les hôpitaux. L'état de Washington et la Floride ont des lois sur la protection contre certains genres de violence dans le commerce au détail.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/showthread.php?p=444676
La plupart des administrations Nord-américaines ont aussi de la législation contre le harcèlement, les menaces et l'agression physique.
Cette liste ne saurait être complète. Communiquez avec les autorités de votre région pour savoir quelles sont les lois spécifiquement applicables à la violence dans l'administration dont vous relevez.
Bien des législations internationales santé sécurité comprennent aussi une clause de «Responsabilité générale» voulant que les employeurs protègent leurs employés contre les risques reconnus










عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-16-2011   المشاركة رقم: 26 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

Volcan
Un volcan est un relief terrestre, sous-marin ou extra-terrestre formé par l'éjection et l'empilement de matériaux issus de la montée d'un magma sous forme de lave et de tephras tels que les cendres. Ce magma provient de la fusion partielle du manteau et exceptionnellement de la croûte terrestre. L'accumulation peut atteindre des milliers de mètres d'épaisseur formant ainsi des montagnes ou des îles. Selon la nature des matériaux, le type d'éruption, leur fréquence et l'orogenèse, les volcans prennent des formes variées mais en général ayant l'aspect d'une montagne conique, surmontée par un cratère ou une caldeira[1].

Le lieu principal de sortie des matériaux lors d'une éruption se situe dans la plupart des cas au sommet du volcan, là où débouche la cheminée volcanique, mais il arrive que des ouvertures latérales apparaissent sur les flancs ou aux pieds du volcan.

Deux grands types de volcans existent sur Terre :

les « volcans rouges » aux éruptions effusives relativement calmes et émettant des laves fluides sous la forme de coulées. Ce sont les volcans de « point chaud », et les volcans d' « accrétion » principalement représentés par les volcans sous-marins des dorsales océaniques ;
les « volcans gris » aux éruptions explosives et émettant des laves pâteuses et des cendres sous la forme de nuées ardentes ou coulées pyroclastiques et de panaches volcaniques. Ils sont principalement associés au phénomène de subduction comme les volcans de la « ceinture de feu du Pacifique ».
On compte environ 1 500 volcans terrestres actifs dont une soixantaine en éruption par an[2]. Les volcans sous-marins sont bien plus nombreux.

Le « volcanisme » est l'ensemble des phénomènes associés aux volcans et à la présence de magma. La « volcanologie » ou « vulcanologie » est la science de l'étude, de l'observation et de la prévention des risques des volcans.

Le terme « volcan » tire son origine de Vulcano, une des Îles Éoliennes nommée en l'honneur de Vulcain, le dieu romain du feu dont l'équivalent dans le panthéon grec est Héphaïstos
Structures et reliefs

Schéma structural d'un volcan type.Un volcan est formé de différentes structures que l'on retrouve en général chez chacun d'eux :

une chambre magmatique alimentée par du magma venant du manteau et jouant le rôle de réservoir et de lieu de différentiation du magma. Lorsque celle-ci se vide à la suite d'une éruption, le volcan peut s'affaisser et donner naissance à une caldeira. Les chambres magmatiques se trouvent entre dix et cinquante kilomètres de profondeur dans la lithosphère[3] ;
une cheminée volcanique qui est le lieu de transit privilégié du magma de la chambre magmatique vers la surface ;
un cratère ou une caldeira sommitale où débouche la cheminée volcanique ;
une ou plusieurs cheminées volcaniques secondaires partant de la chambre magmatique ou de la cheminée volcanique principale et débouchant en général sur les flancs du volcan, parfois à sa base ; elles peuvent donner naissance à de petits cônes secondaires ;
des fissures latérales qui sont des fractures longitudinales dans le flanc du volcan provoquées par son gonflement ou son dégonflement ; elles peuvent permettre l'émission de lave sous la forme d'une éruption fissurale.

Forme des volcans
Suivant le type de lave qu'ils émettent et le type d'éruption, les volcans peuvent prendre différentes formes :

en volcan bouclier lorsque son diamètre est très supérieur à sa hauteur en raison de la fluidité des laves qui peuvent parcourir des kilomètres avant de s'arrêter ; le Mauna Kea, l'Erta Ale ou le Piton de la Fournaise en sont des exemples[4] ;
en stratovolcan lorsque son diamètre est plus équilibré par rapport à sa hauteur en raison de la plus grande viscosité des laves ; il s'agit des volcans aux éruptions explosives comme le Vésuve, le mont Fuji, le Merapi ou le mont Saint Helens[5] ;
en volcan faille formé par une ouverture linéaire dans la croûte terrestre ou océanique par laquelle s'échappe de la lave fluide ; les volcans des dorsales se présentent sous forme de faille comme le Laki ou le Krafla

Le magma est le matériau de consistance fluide à visqueuse, sous pression, contenant des gaz volcaniques, non cristallisé qui s'est formé à partir de la fusion partielle ou totale du manteau (anatexie) au niveau d'un point de chaleur comme un point chaud, de décompression comme une dorsale et/ou d'un apport d'eau comme une fosse de subduction. Généralement, ce magma remonte vers la surface et se stocke dans la lithosphère en formant une chambre magmatique. Dans cette chambre, il peut subir une cristallisation totale ou partielle et/ou un dégazage qui commence à le transformer en lave. Si la pression devient suffisante pour qu'il soit éjecté à la surface, il remonte le long d'une cheminée volcanique pour être émis sous forme de lave, c'est-à-dire totalement ou partiellement dégazé[7].
Selon que le magma provienne de la fusion du manteau ou d'une partie de la lithosphère, il n'aura ni la même composition minérale, ni la même teneur en eau ou en gaz volcanique, ni la même température. De plus, selon le type de terrain qu'il traverse pour remonter à la surface et la durée de son séjour dans la chambre magmatique, il va soit se charger soit se décharger en minéraux, en eau et/ou en gaz et va plus ou moins se refroidir. Pour toutes ces raisons, les tephras et les laves ne sont jamais exactement les mêmes d'un volcan à un autre, ni même parfois d'une éruption à une autre sur le même volcan.

Les matériaux émis par les volcans sont généralement des roches composées de microlites noyés dans un verre magmatique. Dans le basalte, les minéraux les plus abondants sont la silice, les pyroxènes et les feldspaths alors que l'andésite est plus riche en silice et en feldspaths. La structure de la roche varie également : si les cristaux sont fréquemment petits et peu nombreux dans les basaltes, ils sont en revanche généralement plus grands et plus nombreux dans les andésites, signe que le magma est resté plus longtemps dans la chambre magmatique[8]. 95 % des matériaux émis par les volcans sont des basaltes ou des andésites.

Le matériau le plus connu émis par les volcans est la lave sous forme de coulées. De type basaltique provenant de la fusion du manteau dans le cas d'un volcanisme de point chaud, de dorsale ou de rift[9] ou andésitique provenant de la fusion de la lithosphère dans le cas d'un volcanisme de subduction[10], plus rarement de type carbonatique[11], elles sont formées de laves fluides qui s'écoulent le long des flancs du volcan. La température de la lave est comprise entre 700 et 1 200 °C[12] et les coulées peuvent atteindre des dizaines de kilomètres de longueur, une vitesse de cinquante kilomètres par heure et progresser dans des tunnels de lave. Elles peuvent avoir un aspect lisse et satiné, appelée alors « lave pahoehoe » ou « lave cordée », ou un aspect rugueux et coupant, appelée alors « lave aa ». Les coulées de ces laves, faisant parfois plusieurs mètres d'épaisseur, peuvent mettre des dizaines d'années à se refroidir totalement[13]. Dans certains cas exceptionnels, de la lave en fusion peut remplir le cratère principal ou un cratère secondaire et former un lac de lave. La survie des lacs de lave résulte d'un équilibre entre apport de lave venant de la chambre magmatique et débordement à l'extérieur du cratère associé à un brassage permanent par des remontées de gaz volcanique afin de limiter le durcissement de la lave. Ces lacs de lave ne naissent que lors d'éruptions hawaïennes, la grande fluidité de la lave permettant la formation et le maintien de ces phénomènes. Le Kilauea à Hawaii et le Piton de la Fournaise à la Réunion sont deux volcans qui possèdent des lacs de lave lors de certaines de leurs éruptions. L'Erta Ale en Éthiopie et le mont Erebus en Antarctique sont parmi les seuls volcans au monde à posséder un lac de lave de manière quasi-permanente. Lors de certaines éruptions de l'Erta Ale, son lac de lave se vide ou au contraire son niveau remonte jusqu'à déborder et former des coulées sur les pentes du volcan[14].


Bombe volcanique sur un lit de tephras (cendres et scories) sur les pentes du Capelinhos aux Açores, PortugalLe plus souvent, les matériaux volcaniques sont composés de tephras ; ce sont les cendres volcaniques, les lapilli, les scories, les pierres ponces, les bombes volcaniques, les blocs rocheux ou basaltiques, les obsidiennes, etc. Il s'agit de magma et de morceaux de roche arrachés du volcan qui sont pulvérisés et projetés parfois jusqu'à des dizaines de kilomètres de hauteur dans l'atmosphère. Les plus petits étant les cendres, il leur arrive de faire le tour de la Terre, portées par les vents dominants. Les bombes volcaniques, les ejectas les plus gros, peuvent avoir la taille d'une maison et retombent en général à proximité du volcan. Lorsque les bombes volcaniques sont éjectées alors qu'elles sont encore en fusion, elles peuvent prendre une forme en fuseau lors de leur trajet dans l'atmosphère, en bouse de vache lors de leur impact au sol ou en croûte de pain en présence d'eau[15]. Les lapilli, qui ressemblent à de petits cailloux, peuvent s'accumuler en épaisses couches et former ainsi la pouzzolane. Les pierres ponces, véritable mousse de lave, sont si légères et contiennent tellement d'air qu'elles peuvent flotter sur l'eau. Enfin quand de fines gouttes de laves sont éjectées et portées par les vents, elles peuvent s'étirer en de longs filaments appelés « cheveux de Pélé ».

Gaz volcaniques

Des fumerolles dont le nuage trahit la présence d'eau et les cristaux la présence de soufre dans les gaz volcaniques.Les magmas contiennent des gaz volcaniques dissouts. Le dégazage des magmas est un phénomène déterminant dans le déclenchement d'une éruption et dans le type éruptif. Le dégazage fait monter le magma le long de la cheminée volcanique ce qui peut donner le caractère explosif et violent d'une éruption en présence d'un magma visqueux.

Les gaz volcaniques sont principalement composés de[16] :

vapeur d'eau à teneur de 50 à 90 % ;
dioxyde de carbone à teneur de 5 à 25 % ;
dioxyde de soufre à teneur de 3 à 25 %.
Puis viennent d'autres éléments volatils comme le monoxyde de carbone, le chlorure d'hydrogène, le dihydrogène, le sulfure d'hydrogène, etc. Le dégazage du magma en profondeur peut se traduire à la surface par la présence de fumerolles autour desquelles des cristaux, le plus souvent de soufre, peuvent se former.

Fréquence des éruptions
La « naissance » d'un volcan correspond à sa première éruption volcanique qui le fait sortir de la lithosphère. La naissance d'un nouveau volcan est un phénomène relativement rare mais qui a pu être observée en 1943 avec le Paricutín : une fracture laissant s'échapper des gaz volcaniques et de la lave dans un champ a donné naissance à un volcan de 460 mètres de haut en neuf mois. En 1963, le volcan sous-marin de Surtsey émergea au sud de l'Islande formant ainsi une nouvelle île et un nouveau volcan terrestre.

Un volcan est qualifié d'actif lorsque sa dernière éruption remonte à quelques décennies au maximum, d'endormi lorsqu'il n'est plus entré en éruption durant plusieurs centaines d'années et d'éteint lorsque sa dernière éruption remonte à au moins 50 000 ans et qu'il est soumis à l'érosion.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post444875

De manière générale, les volcans subissent plusieurs éruptions au cours de leur vie. Mais leur fréquence est très variable selon le volcan : certains ne connaissent qu'une éruption en quelques siècles comme le Ponta do Pico aux Açores, tandis que d'autres sont en éruption permanente comme le Stromboli en Italie ou le Merapi en Indonésie.

Il arrive que des volcans ne se forment qu'en une seule éruption puis s'endorment ou s'éteignent pendant des dizaines ou des centaines de milliers d'années. Il s'agit de volcans monogéniques. Les volcans de la Chaîne des Puys dans le Massif central se sont formés entre 11500 av. J.-C. et 5000 av. J.-C. au cours d'une seule éruption pour chaque édifice volcanique et n'ont plus jamais montré de signe d'activité.

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/showthread.php?p=444875

La fréquence des éruptions permet d'évaluer l'aléa, c'est-à-dire la probabilité qu'une zone peut subir une des manifestations d'une éruption. Cet aléa, combiné avec le type de manifestation volcanique et la présence de populations et sa vulnérabilité, permet d'évaluer le risque volcanique.

Origine du volcanisme

Répartition mondiale du volcanisme correspondant aux frontières des plaques tectoniques
D'après la théorie de la tectonique des plaques, le volcanisme est intimement lié aux mouvements des plaques tectoniques. En effet, c'est en général à la frontière entre deux plaques que les conditions sont réunies pour la formation de volcans.

Volcanisme de divergence (ou accrétion)

Schéma général des différents types de volcanisme associés aux mouvements des plaques tectoniques.Dans le rift des dorsales, l'écartement de deux plaques tectoniques amincit la lithosphère, entrainant une remontée de roches du manteau. Celles-ci, déjà très chaudes à environ 1 200 °C, se mettent à fondre partiellement en raison de la décompression. Cela donne du magma qui s'infiltre par des failles normales. Entre les deux bords du rift, des traces d'activités volcaniques telle que des « pillow lava » ou « lave en coussin » se forment par une émission de lave fluide dans une eau froide. Ces roches volcaniques constituent ainsi une bonne partie de la croûte océanique en formation.

Les « chaines volcaniques axiales » de l'Afar sont de type « océaniques » (au plan tectonique et magmatique) et assurent le relai entre les vallées axiales de la mer Rouge et celles du golfe d'Aden, de sorte que la frontière des plaques entre l'Afrique et l'Arabie ne passe pas « en mer » par le détroit de Bab-el-Mandeb, mais à terre à travers l'Afar. La nature de la tectonique et du volcanisme de l'Afar se distingue ainsi de celle du rift africain, qui reste un « rift continental » n'ayant pas donné lieu à la génération de croûte océanique nouvelle.

Volcanisme de subduction

Schéma du volcanisme au niveau d'une convergence océan-continent.
Schéma du volcanisme au niveau d'une convergence océan-océan.Lorsque deux plaques tectoniques se chevauchent, la lithosphère océanique, glissant sous l'autre lithosphère océanique ou continentale, plonge dans le manteau et subit des transformations minéralogiques. L'eau contenue dans la lithosphère plongeante s'en échappe alors et vient hydrater le manteau, provoquant sa fusion partielle en abaissant son point de fusion. Ce magma remonte et traverse la lithosphère chevauchante, créant des volcans. Si la lithosphère chevauchante est océanique, un arc volcanique insulaire se formera, les volcans donnant naissance à des îles. C'est le cas des Aléoutiennes, du Japon ou des Antilles. Si la lithosphère chevauchante est continentale, les volcans se situeront sur le continent, en général dans une cordillère. C'est le cas des volcans des Andes ou des Rocheuses. Ces volcans sont en général des volcans gris, explosifs et dangereux. Cela est dû à leur lave visqueuse car riche en silice, qui a du mal à s'écouler; de plus les magmas qui remontent sont riches en gaz dissous (eau et dioxyde de carbone), dont la libération soudaine peuvent former des nuées ardentes. La « ceinture de feu du Pacifique » est formée en quasi majorité de ce type de volcan.

Volcanisme de point chaud
Il arrive parfois que des volcans naissent loin de toute limite de plaque lithosphérique. Il s'agit en général de volcans de point chaud. Les points chauds sont des panaches de magma en fusion venant des profondeurs du manteau et perçant les plaques lithosphériques. Les points chaud étant fixes, alors que la plaque lithosphérique se déplace sur le manteau, des volcans se créent successivement et s'alignent alors, le plus récent étant le plus actif car à l'aplomb du point chaud. Lorsque le point chaud débouche sous un océan, il va donner naissance à un chapelet d'îles alignées comme c'est le cas pour l'archipel de Hawaii ou des Mascareignes. Si le point chaud débouche sous un continent, il va alors donner naissance à une série de volcans alignés. C'est le cas du mont Cameroun et de ses voisins. Cas exceptionnel, il arrive qu'un point chaud débouche sous une limite de plaque lithosphérique. Dans le cas de l'Islande, l'effet d'un point chaud se combine à celui de la dorsale médio-atlantique, donnant ainsi naissance à un immense empilement de lave permettant l'émersion de la dorsale. Les Açores ou les Galápagos sont d'autres exemples de points chauds débouchant sous une limite de plaque lithosphérique, en l'occurrence des dorsales[17].

Déroulement classique d'une éruption
Article détaillé : Éruption volcanique.
Une éruption volcanique survient lorsque la chambre magmatique sous le volcan est mise sous pression avec l'arrivée de magma venant du manteau. Elle peut alors éjecter plus ou moins de gaz volcaniques qu'elle contenait selon son remplissage en magma. La mise sous pression est accompagnée d'un gonflement du volcan et de séismes très superficiels localisés sous le volcan, signes que la chambre magmatique se déforme. Le magma remonte généralement par la cheminée principale et subit en même temps un dégazage ce qui provoque un trémor, c'est-à-dire une vibration constante et très légère du sol. Ceci est dû à des petits séismes dont les foyers sont concentrés le long de la cheminée.

L'éruption débute au moment où la lave atteint l'air libre[18]. Selon le type de magma, elle s'écoule sur les flancs du volcan ou s'accumule au lieu d'émission, formant un bouchon de lave qui peut donner des nuées ardentes et/ou des panaches volcaniques lorsque celui-ci explose. Selon la puissance de l'éruption, la morphologie du terrain, la proximité de la mer, etc il peut survenir d'autres phénomènes accompagnant l'éruption : séismes importants, glissements de terrain, tsunamis, etc.

La présence éventuelle d'eau sous forme solide comme une calotte glaciaire, un glacier, de la neige ou liquide comme un lac de cratère, une nappe phréatique, un cours d'eau, une mer ou un océan va provoquer au contact des matériaux ignés tels que le magma, la lave ou les tephras leur explosion ou augmenter leur pouvoir explosif. En fragmentant les matériaux et en augmentant brutalement de volume en se transformant en vapeur, l'eau agit comme un multiplicateur du pouvoir explosif d'une éruption volcanique qui sera alors qualifiée de phréatique ou de magmato-phréatique. La fonte de glace ou de neige par la chaleur du magma peut également provoquer des lahars lorsque l'eau entraîne des tephras[19] ou des jökulhlaups comme ce fut le cas pour le Grímsvötn en 1996.

L'éruption se termine lorsque la lave n'est plus émise. Les coulées de lave, cessant d'être alimentées, s'immobilisent et commencent à se refroidir et les cendres, refroidies dans l'atmosphère, retombent à la surface du sol. Mais les changements dans la nature des terrains par le recouvrement des sols par la lave et les tephras parfois sur des dizaines de mètres d'épaisseur peuvent créer des phénomènes destructeurs et meurtriers. Ainsi les cendres tombées sur des cultures les détruisent et stérilisent la terre pour quelques mois à quelques années, une coulée de lave bloquant une vallée peut créer un lac qui noiera des régions habitées ou cultivées, des pluies tombant sur les cendres peuvent les emporter dans les rivières et créer des lahars, etc.

Une éruption volcanique peut durer de quelques heures à plusieurs années et éjecter des volumes de magma de plusieurs centaines de kilomètres cubes. La durée moyenne d'une éruption est d'un mois et demi mais de nombreuses ne durent qu'une journée. Le record absolu est celui du Stromboli qui est quasiment en éruption depuis environ 2 400 ans[20].

Classification des volcans
Lors des débuts de la volcanologie, l'observation de quelques volcans a été à l'origine de la création de catégories basées sur l'aspect des éruptions et le type de lave émise. Chaque type est nommé selon le volcan référent. Le grand défaut de cette classification est d'être assez subjectif et de mal tenir compte des changements de type d'éruption d'un volcan.

Le terme de « cataclysmique » peut être rajouté lorsque la puissance de l'éruption entraîne de lourds dégâts environnementaux et/ou humains comme ce fut le cas pour le Santorin vers 1600 av. J.-C. qui aurait contribué à la chute de la civilisation minoenne, le Vésuve en 79 qui détruisit Pompéi, le Krakatoa en 1883 qui engendra un tsunami de quarante mètres de hauteur, le mont Saint Helens en 1980 qui rasa des hectares de forêt, etc.

Afin d'introduire une notion de comparaison entre les différentes éruptions volcaniques, l'indice d'explosivité volcanique, aussi appelée échelle VEI, fut mis au point par deux volcanologues de l'Université d'Hawaii en 1982[21]. L'échelle, ouverte et partant de zéro, est définie selon le volume des matériaux éjectés, la hauteur du panache volcanique et des observations qualitatives[22].

Il existe deux grands types d'éruptions volcaniques dépendant du type de magma émis : effusives associées aux « volcans rouges » et explosives associées aux « volcans gris »[23]. Les éruptions effusives sont les éruptions hawaïenne et strombolienne tandis que les explosives sont les vulcanienne, peléenne et plinienne. Ces éruptions peuvent se dérouler en présence d'eau et prennent alors les caractéristiques d'éruptions phréatique, surtseyenne, sous-glaciaire, sous-marine et limnique.

Géomorphologie volcanique

Dyke au Puy-en-Velay en France.Outre le volcan en lui-même, différentes formations géologiques sont directement ou indirectement liées à l'activité volcanique.

Certains reliefs ou paysages résultent du produit direct des éruptions. Il s'agit des cônes volcaniques en eux-mêmes formant des montagnes ou des îles, des dômes et des coulées de lave solidifiée, des tunnels de lave, des « pillow lavas » et les guyots des volcans sous-marins, des trapps formant des plateaux, des accumulations de tephras en tufs, des cratères laissés par la sortie de la lave, etc.

D'autres reliefs résultent d'une érosion ou d'une évolution des produits des éruptions. Ces le cas des dykes, necks, sills, roches intrusives, mesas et planèzes dégagés par l'érosion, des caldeiras et cirques résultant de l'effondrement d'une partie du volcan, des lacs de cratère ou formés en amont d'un barrage constitué des produits de l'éruption, des atolls coralliens entourant les vestiges d'un volcan sous-marin effondré, etc.

Phénomènes paravolcaniques
Article détaillé : Phénomène paravolcanique.

Le geyser Old Faithful à Yellowstone aux États-Unis en 2004.Certaines activités géothermiques peuvent précéder, accompagner ou suivre une éruption volcanique. Ces activités sont en général présentes lorsque une chaleur résiduelle provenant d'une chambre magmatique réchauffe de l'eau phréatique parfois jusqu'à l'ébullition. En surface se produisent alors geysers, fumerolles, mares de boues, mofettes, solfatares ou encore dépôts de minéraux[24]. Ces phénomènes peuvent être regroupés dans des « champs volcaniques ». Ces champs volcaniques se forment lorsque l'eau des nappes phréatiques est réchauffée par des réservoirs de magma situés à faible profondeur. C'est le cas des supervolcans comme Yellowstone aux États-Unis et des Champs Phlégréens en Italie ou des champs géothermiques comme à Haukadalur en Islande.

Au niveau des dorsales océaniques, l'eau de mer s'infiltre dans les anfractuosités du plancher océanique, se réchauffe, se charge en minéraux et ressort au fond des océans sous la forme de fumeurs noirs ou de fumeurs blancs.

Dans un cratère possédant une activité de dégazage et de fumerolles, un lac acide peut se former par recueil des eaux de pluies. L'eau du lac est très acide avec un pH de 4 à 1, parfois très chaude avec une température de 20 à 85 °C et seules des cyanobactéries sont capables de vivre dans ces eaux alors teintées en bleu-vert. Ce type de lac est courant au niveau des grandes chaînes de volcans comme la ceinture de feu du Pacifique et dans la vallée du grand rift.

Conséquence du volcanisme sur l'histoire de la Terre
Le volcanisme est né en même temps que la Terre, lors de la phase d'accrétion de sa formation il y a 4,6 milliards d'années. À partir d'une certaine masse, les matériaux au centre de la Terre subissent d'importantes pressions, créant ainsi de la chaleur. Cette chaleur, accentuée par la dégradation des éléments radioactifs, provoque la fusion de la Terre qui dissipe vingt fois plus de chaleur qu'aujourd'hui. Après quelques millions d'années, une pellicule solide se forme à la surface de la Terre. Elle est déchirée en de nombreux endroits par des flots de lave et par de grandes masses granitoïdes qui donneront les futurs continents. Par la suite, les plaques lithosphériques nouvellement créées se déchireront préférentiellement à des endroits précis où se formeront les volcans. Pendant cent millions d'années, les volcans rejetteront dans la maigre atmosphère de l'époque de grandes quantités de gaz : diazote, dioxyde de carbone, vapeur d'eau, oxyde de soufre, acide chlorhydrique, acide fluorhydrique, etc. Il y a 4,2 milliards d'années, malgré les 375 °C et la pression 260 fois supérieure à celle d'aujourd'hui, la vapeur d'eau se condense et donne naissance aux océans.

Le rôle de la formation des premières molécules organiques et de l'apparition de la vie sur Terre peut être imputé aux volcans. En effet, les sources chaudes sous-marines ou les solfatares et autres geysers offrent des conditions propices à l'apparition de la vie : de l'eau qui a lessivé des molécules carbonées, des minéraux, de la chaleur et de l'énergie. Une fois la vie répandue et diversifiée à la surface de la Terre, les volcans auraient pu provoquer à l'inverse de grandes extinctions : l'âge des grandes extinctions du vivant coïncide avec l'âge des trapps. Ces trapps auraient pu être provoqués par la chute de météorites ou l'éruption exceptionnelle de points chauds. Les effets combinés des gaz volcaniques et particules dispersés dans l'atmosphère auraient provoqué la disparition de nombreuses espèces par un hiver volcanique suivi d'une hausse de l'effet de serre par les changements dans la composition gazeuse de l'atmosphère.

Une des théories les plus acceptées pour l'apparition de l'homme serait l'ouverture du rift africain : uniformément humide au niveau de l'équateur, le climat africain se serait asséché à l'est du rift qui arrête les nuages venant de l'Ouest. Les hominidés, s'adaptant à leur nouveau milieu formé d'une savane, auraient développé la bipédie pour échapper à leurs prédateurs.

Encore de nos jours, les volcans participent à l'évacuation de la chaleur interne de la Terre et au cycle biogéochimique mondial en libérant les gaz, la vapeur d'eau et les minéraux engloutis dans le manteau au niveau des fosses de subduction.

Incidence du volcanisme sur les activités humaines
Croyances et mythes liés aux volcans
Depuis l'apparition de l'agriculture et la sédentarisation des sociétés, les hommes ont toujours côtoyé les volcans. Les louant pour les terres fertiles qu'ils offrent, ils les craignent aussi pour leurs éruptions et les morts qu'ils provoquent. Rapidement, par méconnaissance d'un phénomène naturel, les volcans sont craints, déifiés, considérés comme l'entrée du royaume des morts, des enfers et des mondes souterrains peuplés d'esprits malfaisants et sont l'objet de légendes et de mythes suivant les différentes cultures.

Dans les tribus d'Asie, d'Océanie et d'Amérique vivant à proximité de la ceinture de feu du Pacifique, les éruptions volcaniques sont considérées comme étant les manifestations de forces surnaturelles ou divines. Dans la mythologie māori, les volcans Taranaki et Ruapehu tombèrent tous deux amoureux du volcan Tongariro et une violente dispute éclata entre les deux. C'est la raison pour laquelle aucun Māori ne vit entre les deux volcans colériques, de peur de se retrouver pris au milieu de la dispute.

Parmi d'autres mythes et légendes, on peut signaler celui du Devils Tower qui se serait dressé pour sauver sept jeunes filles amérindiennes d'ours qui auraient griffé les parois rocheuses ou encore l'histoire de la déesse Pélé qui, chassée de Tahiti par sa sœur Namakaokahai, trouva refuge dans le Kilauea et depuis, de rage, déverse des flots de lave d'un simple coup de talon.


Sommet du mont Mawenzi en Tanzanie, 1996.Chez les Incas, les caprices du Misti lui ont valu d'avoir son cratère obstrué par un bouchon de glace, punition infligée par le Soleil. Les Chagas de Tanzanie raconte que le Kilimandjaro, excédé par son voisin le volcan Mawensi, le frappa à grand coup de pilon, ce qui lui valut son sommet découpé. Chez les amérindiens de l'Oregon, le mont Mazama était la demeure du dieu maléfique du feu et le mont Shasta celle du dieu bénéfique de la neige. Un jour les deux divinités sont entrées en conflit et le dieu du feu fut vaincu et décapité, créant ainsi le Crater Lake en signe de défaite.

Les volcans furent même le lieu de sacrifices humains : enfants jetés dans le cratère du Bromo en Indonésie, chrétiens sacrifiés pour le mont Unzen au Japon, vierges précipitées dans le lac de lave du Masaya au Nicaragua, enfants jetés dans un lac de cratère pour calmer le volcan sous-lacustre d'Ilopango au Salvador, etc.

Chez les Grecs et les Romains, les volcans sont le lieu de vie de Vulcain / Héphaïstos. Les éruptions sont expliquées comme étant une manifestation divine (colère des Dieux, présages, forges de Vulcain / Héphaïstos en activité, etc). Aucune explication scientifique ou ne faisant pas intervenir les Dieux n'était retenue. Pour les Romains, les forges de Vulcain se trouvaient sous Vulcano tandis que pour les Grecs, celles d'Héphaïstos étaient situées sous l'Etna. Les cyclopes grecs pourraient être une allégorie des volcans avec leur cratère sommital tandis que le nom d'Héraclès dérive de hiera ou etna, le mot grec servant à désigner les volcans.

Parmi les mythes grecs mettant en scène des volcans, le plus célèbre est celui narré par Platon dans le Timée et le Critias. Ces récits relatent la disparition de l'Atlantide, engloutie par les flots dans un gigantesque tremblement de terre suivi d'un tsunami. Ne mettant pas directement en jeu un volcan, ce mythe semble avoir trouvé son origine dans l'éruption du Santorin vers 1600 av. J.-C. qui détruisit presque entièrement l'île et qui pourrait avoir provoqué ou participé à la chute de la civilisation minoenne. Cependant aucune observation de l'éruption du Santorin ne fut consignée et ce n'est qu'au début du XXe siècle que l'on se rendit compte de l'importance de l'éruption[25].

Le poète romain Virgile, s'inspirant des mythes grecs, rapporta que lors de la gigantomachie, Encelade, en fuite, fut enseveli sous l'Etna par Athéna en guise de punition pour sa désobéissance aux Dieux. Les grondements de l'Etna constituant ainsi les pleurs d'Encelade, les flammes sa respiration et le trémor ses tentatives de se libérer. Mimas, un autre géant, fut quant à lui englouti sous le Vésuve par Héphaïstos et le sang des autres géants vaincus jailli des Champs Phlégréens à proximité.


Randonneurs au sommet du mont Fuji en août 2005.Dans le Christianisme populaire, malgré quelques tentatives d'explications pré-scientifiques, les volcans étaient souvent considérés comme l'œuvre de Satan et les éruptions comme des signes de la colère de Dieu. Un certain nombre de miracles attribués à certains Saints sont associés dans la tradition catholique à des éruptions : Ainsi en 253, la ville de Catane fut épargnée lorsque les flots de lave de l'Etna se scindèrent en deux devant la procession transportant les reliques de Sainte Agathe. Mais en 1669, la procession avec les mêmes reliques ne put éviter la destruction de la grande majorité de la ville.

En 1660, l'éruption du Vésuve fit pleuvoir aux alentours des cristaux de pyroxène noirs. La population les prit pour des crucifix et attribua ce signe à Saint Janvier qui devint saint patron et protecteur de Naples. Depuis à chaque éruption, une procession défile dans Naples pour implorer la protection du Saint. De plus, trois fois par an a lieu le phénomène de la liquéfaction du sang de Saint Janvier qui, selon la tradition, s'il se produit, protège la ville de toute éruption du Vésuve.

Encore aujourd'hui des processions religieuses sont associées aux volcans et à leur activité. À chaque éruption du Vésuve, des processions catholiques prient Saint Janvier, à Hawaii les habitants vénèrent encore Pélé et le mont Fuji est la montagne sacrée du Shintoïsme de même que le Bromo pour les hindouistes indonésiens.

Prévision éruptive
Article détaillé : prédiction volcanologique.
Les objectifs de la volcanologie est de comprendre l'origine et le fonctionnement des volcans et des phénomènes assimilés afin d'établir un diagnostic sur les risques et les dangers encourus par les populations et les activités humaines. Les prédictions volcanologiques nécessitent la mise en œuvre de savoir de plusieurs disciplines scientifiques. Les connaissances actuelles ne permettent aujourd'hui que de prédire le type des éruptions, sans avoir en revanche, à plus de que quelques heures à l'avance, quand elles auront lieu, combien de temps elles dureront et surtout leurs importances (volume de lave, intensité des dégagements, etc).

De plus en plus, la tendance est à la surveillance en continu les volcans actifs réputés dangereux à l'aide d'appareils télécommandés alimentés par piles solaires. À cet égard, l'équipement du Piton de la Fournaise, à la Réunion, pourtant réputé non dangereux, est exemplaire. Les mesures sont transmises par télémétrie à l'observatoire et toutes les dilatations, les tremblements et les variations de température sont enregistrés.

Les sécurités civiles des pays touchés tentent alors de trouver les justes compromis entre les risques et les précautions inutiles. Dans bon nombre de cas, les autorités se sont montrées peu attentives[26]. Il y eu cependant certains succès comme en 1991 pour l'éruption du Pinatubo où les experts ont convaincu le gouvernement philippin d'organiser l'évacuation de 300 000 personnes. Malgré 500 victimes, 15 000 vies ont ainsi pu être épargnées.

Les manifestations volcaniques dangereuses

Paysage noyé sous la lave crachée par le Puʻu ʻŌʻō à Hawaii aux États-Unis en 1987.Coulées de lave
Les coulées de lave font en général plus de dégâts matériels que de victimes car même si elles peuvent être très rapides avec plusieurs dizaines de kilomètres par heure, leur comportement est généralement prévisible, laissant le temps aux populations d'évacuer. En 2002, le lac de lave du cratère du Nyiragongo se vide à la faveur de failles qui se sont ouvertes dans le volcan : deux coulées atteignent la ville de Goma au Congo démocratique, font 147 morts et détruisent 18 % de la ville. Ces fleuves de matière en fusion laissent peu de chance à la végétation et aux constructions se trouvant sur leur passage, les consumant et les ensevelissant dans une gangue de roche.

Nuées ardentes
Appelées aussi coulées pyroclastiques, les nuées ardentes sont des nuages gris qui dévalent les pentes des volcans à plusieurs centaines de kilomètres par heure, atteignent les 600 °C et parcourent des kilomètres avant de s'arrêter. Nés de l'effondrement d'un dôme ou d'une aiguille de lave, ces nuages composés de gaz volcaniques et de tephras glissent sur le sol, franchissent des crêtes et consument tout sur leur passage. Les empilements des matériaux transportés par les nuées ardentes peuvent s'accumuler sur des dizaines de mètres d'épaisseur et sont à l'origine des étendues d'ignimbrites. Une de ces coulées pyroclastiques née de la montagne Pelée en Martinique a rasé la ville de Saint-Pierre en 1902 et tué ses 28 000 habitants. Plus récemment, le réveil de la Soufrière de Montserrat a provoqué la destruction de Plymouth, la capitale de l'île, et classé inhabitable la grande majorité de l'île à cause des passages répétés de nuées ardentes.

Cendres volcaniques

Champ recouverts de cendres volcaniques rejetées par le mont Saint Helens aux États-Unis en 1980.Expulsées par des panaches volcaniques, les cendres volcaniques peuvent retomber et recouvrir des régions entières sous une épaisseur de plusieurs mètres, provoquant la destruction des cultures et l'apparition de famines comme ce fut le cas après l'éruption du Laki de 1783 en Islande, l'effondrement des toits des habitations sur leurs occupants, la formation de lahars en cas de pluies, etc.

Séismes
Les séismes peuvent être provoqués à la suite de la vidange de la chambre magmatique lorsque le volcan s'effondre sur lui-même et forme une caldeira. Les multiples glissements des parois du volcan génèrent alors des séismes qui provoquent l'effondrement des bâtiments parfois fragilisés par des chutes de cendre volcanique.

Tsunamis
Les tsunamis peuvent être générés de multiples manières lors d'une éruption volcanique comme avec l'explosion d'un volcan sous-marin ou à fleur d'eau, la chute de parois ou de nuées ardentes dans la mer, l'effondrement du volcan sur lui-même mettant en contact direct l'eau avec le magma de la chambre magmatique, des mouvements de terrains liés à la vidange de la chambre magmatique, etc. En 1883, l'explosion du Krakatoa généra un tsunami qui fit 36 000 victimes.

Glissements de terrain
À la manière des nuées ardentes, les glissements de terrain peuvent provoquer des avalanches meurtrières. Dans de rares cas, c'est une grande partie ou la majorité du volcan qui se désagrège sous la pression de la lave. En 1980, le mont Saint Helens a surpris les volcanologues du monde entier lorsque la moitié du volcan s'est disloqué. Certains scientifiques, se croyant à l'abri sur des collines environnantes, se sont fait piéger et ont péri dans la gigantesque nuée ardente qui a suivi.

Gaz volcaniques
Les gaz volcaniques sont le danger le plus sournois des volcans. Ils sont parfois émis sans aucun autre signe d'activité volcanique lors d'une éruption limnique. En 1986, au Cameroun, une nappe de dioxyde de carbone est sortie du lac Nyos. Étant plus lourd que l'air, ce gaz a dévalé les pentes du volcan et a tué 1 800 villageois et plusieurs milliers de têtes de bétail dans leur sommeil par asphyxie.

Lahars

Dépots résultants du passage de lahars sur les pentes du mont Saint Helens aux États-Unis en 1982.Les lahars sont des coulées boueuses formées d'eau, de tephras en majorité de cendres volcaniques froides ou brulantes, très denses et lourdes et charriant quantité de débris tels des blocs rocheux, des troncs d'arbres, des restes de bâtiments, etc. Les lahars se forment lorsque des pluies importantes survenant lors de cyclones ou des pluies prolongées s'abattent sur des cendres volcaniques. Ils peuvent survenir des années après une éruption volcanique tant que des cendres peuvent être entraînées. En 1985, 23 000 habitants de la ville colombienne d'Armero furent engloutis sous un lahar né sur les pentes du Nevado del Ruiz.

Jökulhlaup
Le jökulhlaup est un type de crue particulièrement puissant et brutal. Ils se forment lorsqu'une éruption volcanique survient sous un glacier ou une calotte glaciaire et que la chaleur du magma ou de la lave parvient à faire fondre de grandes quantités de glace. Si l'eau de fonte ne peut s'évacuer, elle forme un lac qui peut se vider lorsque la barrière qui le retient formée par une paroi rocheuse ou un glacier se rompt. Un flot mêlant lave, tephras, boue, glace et blocs rocheux s'échappe alors du glacier, emportant tout sur leur passage. Les jökulhlaup les plus fréquents se déroulent en Islande, sous le Vatnajökull.

Acidification des lacs
L'acidification des lacs est une autre conséquence possible de la présence d'un volcan. L'acidification a pour effet d'éliminer toute forme de vie des eaux et de leurs abords et peut même constituer un danger pour les populations riveraines. Ce phénomène survient lorsque des émanations de gaz volcaniques débouchent au fond d'un lac, celui-ci va alors les piéger par dissolution ce qui acidifie les eaux.

Hivers volcaniques
Les cendres, gaz volcaniques et gouttelettes d'acide sulfurique et d'acide fluorhydrique expulsées dans l'atmosphère par des panaches volcaniques peuvent provoquer des pluies acides et des « Hivers volcaniques » qui abaissent les températures et peuvent provoquer des famines, des hivers rigoureux ou des étés froids à l'échelle mondiale comme ce fut le cas pour les éruptions du Tambora en 1815 et du Krakatoa en 1883.

Atouts liés aux volcans

Récolte de minerai de soufre dans le cratère du Kawah Ijen en Indonésie, 2005.Par certains aspects, l'homme peut tirer profit de la présence des volcans avec :

l'exploitation de l'énergie géothermique pour production d'électricité, le chauffage des bâtiments ou des serres pour les cultures ;
la fourniture de matériaux de construction, ou à usage industriel tels que :
le basalte qui sert de pierres de construction, de ballast ou de gravas concassé ;
la ponce et la pouzzolane qui servent, entre autres, d'isolant dans les bétons ;
l'extraction des minerais de soufre, de cuivre, de fer, de platine, de diamants, etc.
la fertilisation des sols tels les versants de l'Etna qui constituent une région à très forte densité agricole en raison de la fertilité des sols volcaniques et où d'immenses vergers d'agrumes y sont implantés.
Un volcan contribue aussi au tourisme en proposant un panorama, des destinations de randonnée, du thermalisme ou même un lieu de pèlerinage aux visiteurs.

Même dans le domaine artistique, leur influence se fait sentir : certaines éruptions fortement émettrices de cendres volcaniques comme celle du Tambora en 1815 ont généré des couchers de soleils spectaculaires durant plusieurs années. Certains peintres comme Turner ont su capter cette lumière à travers des œuvres originales qui annoncent l'Impressionnisme.

Volcanologie
Articles détaillés : Volcanologie et Histoire de la volcanologie.
La volcanologie ou vulcanologie est la science qui étudie les phénomènes volcaniques, leurs produits et leurs mises en place : volcans, geysers, fumerolles, éruptions volcaniques, magmas, laves, tephras, etc. Un volcanologue ou vulcanologue est le scientifique spécialiste de cette discipline liée à la géophysique, à la sismologie et à la géologie dont elle est une spécialité.

Les objectifs de cette science sont de comprendre l'origine et le fonctionnement des volcans et des phénomènes assimilés afin d'établir un diagnostic, pour une période déterminée, des risques et des dangers encourus par les populations et les activités humaines. Les études et les recherches se déroulent dans un premier temps sur le terrain afin de procéder à des collectes d'informations sous la forme d'observations, de mesures et d'échantillonnages et dans un second temps en laboratoire afin d'analyser et d'interpréter les données et les échantillons. En effet, la gestion des effets même d'une éruption une fois qu'elle se produit est impossible. Seules quelques opérations de détournement de coulée de lave ont réussi sur l'Etna en Italie et à Heimaey en Islande.

Seule la prévention permet de limiter ou d'éviter les effets d'une éruption volcanique. Cette prévention passe par une observation du volcan et des signes avant-coureurs d'une éruption : émissions de gaz volcaniques, gonflement et dégonflement du volcan, séismes mineurs, anomalies thermiques, etc. L'évacuation de manière temporaire et dans l'urgence des zones en danger est le moyen de prévention le plus employé. Néanmoins, il existe des moyens de prévention à long terme comme l'évacuation totale des zones les plus exposées aux risques volcaniques, l'élaboration de plans de prévention, d'évacuation, de secours et de sensibilisation des populations, etc.

Volcans sous-marins
Article détaillé : Volcan sous-marin.

Fumeurs noirs au niveau de la dorsale médio-Atlantique.Les volcans sous-marins sont les plus nombreux sur Terre. On estime que 75 % des volcans et des matériaux ignés émis par les volcans le sont au niveau des dorsales océaniques[27]. Les volcans faille se trouvent en grande majorité le long des dorsales océaniques où ils émettent des laves fluides. Ces laves, soumises aux eaux froides comprises entre un et deux degré Celsius et à la forte pression, prennent la forme de boules : ce sont les « pillow lavas ».

Les autres volcans situés le long des fosses de subduction et ceux formés par un point chaud donnent naissance à une montagne sous-marine à sommet plat et à pente très raide : un guyot. Lorsqu'un volcan sous-marin parvient à atteindre la surface, il émerge dans une éruption de type surtseyenne. Deux volcans sous-marins sont célèbres et surveillés : le Loihi qui sera le prochain volcan d'Hawaii à émerger de l'océan Pacifique et le Kick-'em-Jenny au nord de l'île de la Grenade dans les Antilles et qui est très proche de la surface et a une activité explosive.

Volcans extra-terrestres

Image satellite de l'Olympus Mons sur Mars prise par la sonde Viking 1 en 1978.La Terre n'est pas la seule planète du système solaire à connaître une activité volcanique.

Vénus connaît un intense volcanisme avec 500 000 édifices volcaniques, Mars comporte l'Olympus Mons, un volcan considéré comme éteint et haut de 27 kilomètres faisant de lui le plus haut sommet du système solaire, la Lune est couverte par les « maria lunaires », d'immenses champs de basalte.

Des volcans existent aussi sur des satellites de Jupiter et de Neptune, notamment Io et Triton. La sonde Voyager 1 a permis de photographier en mars 1979 une éruption sur Io, tandis que Voyager 2 a fait découvrir sur Triton en août 1989 des traces de cryovolcanisme et des geysers.

Encelade, satellite de Saturne, est le siège de cryovolcans (voir l'article Encelade, section Cryovolcanisme).

La composition chimique variant considérablement entre les planètes et les satellites, le type d'ejecta est très différent de ceux émis sur Terre tel du soufre, de la glace d'azote, etc.

Volcans dans les médias
L'éruption d'un volcan à proximité d'une zone peuplée est très souvent vécu comme un évènement majeur dans la vie d'un pays car, outre le caractère spectaculaire et inattendu d'une éruption, celle-ci nécessite une surveillance et parfois l'évacuation et la prise en charge des personnes en danger.

Les volcans sont parfois les acteurs principaux de certains films catastrophes comme Le Pic de Dante et Volcano ou le docu-fiction Supervolcan de la BBC et de Discovery Channel qui met en scène le réveil du supervolcan de Yellowstone dans une éruption d'indice d'explosivité volcanique de 8.

Plus couramment, les volcans font l'objet de nombreux documentaires télévisés scientifiques, informatifs ou de vulgarisation.

Records
Plus haut volcan :
altitude cumulée : Mauna Kea, à Hawaï, avec 10 230 mètres de hauteur pour une altitude de 4 205 mètres
altitude absolue : Nevados Ojos del Salado, au Chili, avec 6 887 mètres d'altitude[28].
Plus grande éruption (en volume de matériaux éjectés) : Toba il y a 73 000 ans avec 2 800 km3
Plus petite éruption (en volume de matériaux éjectés) : forage géothermique à Námafjall en Islande en 1977 avec 1,2 m3 de basalte[29],[30]
Volcan le plus actif : le Kilauea et le Piton de la Fournaise se disputent le record avec une éruption tous les un an à un an et demi
Plus jeune volcan : Ardoukoba avec une première éruption en novembre 1978 tandis que le Paricutín a connu sa première éruption en 1943
Plus grande caldeira ou plus grand cratère volcanique terrestre : Toba formé il y a 73 000 ans avec cent kilomètres de longueur sur trente kilomètres de largeur
Plus grand nombre de victimes : Tambora sur l'île de Sumbawa en Indonésie en 1816 avec 88 000 morts liés directement à l'éruption et 200 000 morts supplémentaires par famine
Éruption volcanique la plus bruyante : Krakatoa en Indonésie le 27 août 1883 où l'explosion fut entendue jusqu'à l'île Rodrigues à 500 kilomètres à l'est de l'île Maurice, soit à 4 811 kilomètres de distance de l'éruption[30]
Plus grand panache volcanique : Taupo en Nouvelle-Zélande avec une hauteur estimée à cinquante kilomètres[30]
Plus longue coulée de lave : à Undara en
Australie avec 160 kilomètres de longueur[30]











عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-20-2011   المشاركة رقم: 27 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية محمد الامين


البيانات
التسجيل: Jul 2010
العضوية: 11432
المشاركات: 8,006 [+]
بمعدل : 2.96 يوميا
اخر زياره : 08-07-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 124

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
محمد الامين غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

بحث عن مدينة بجاية بالفرنسية
[ Bejaia est limitée à l'est et au sud-est par les Babors auxquels viennent se souder les Bibans au Sud, la Mer Méditerranée au Nord et les Crêtes du Djurdjura à l'ouest complète les limités géographiques de la Wilaya. Bejaia est caractérisée par la prédominance de Zones montagneuses. Elle se présente comme une masse montagneuse compacte et bosselée, traversée par le couloir formé par la vallée de la Soummam .

[ Elle s'étendant sur une superficie de 3.261,26 Km la Wilaya de Bejaia ( Vgayeth ) est limitée point de vue administratif par :La Wilaya de Jijel à l'est, les Wilaya de Bouira à l'ouest et les Wilaya de Sétif et de Bordj Bou Arreridj[au sud et de

Sa zone côtière s'étend de l'embouchure de l' Oued Soummam à celui de l'Oued Agrioun soit une trentaine de Km environ. Cette bande côtière, retardée au niveau des villages de Tichy et d' Aokas , étroite (200 à 2.000 mètres) et principalement composée de terre sablonneuse du fait de la pression maritime proche. Les bassins des Oueds assez larges du fait des crues sont formés de dépôts alluvionnaires d'origine montagneuse.

[ La vallée de la Soummam enserrée entre l'ensemble Akfadou - Gouraya au Nord et la chaîne des Bibans au sud. La vallée de la Soummam apparaît comme une étroite bande sinueuse de 80 Km de long (à l'intérieur de la Wilaya) sur une largeur maximum de 4 Km à El-Kseur. Les versants particulièrement au sud, sont des pentes relativement douces et donc très développées. Cette zone est décomposée en petites unités pédologiques différentes : le Flys l'emporte à Akbou , le grés est prépondérant à El-Kseur .

[Les communes d'Amizour, d'El-Kseur, d'Ouzellaguen, de Timezrit et de Tazmalt possèdent de vastes espaces propres à des cultures riches telles que le maraîchage et l'arboriculture fruitière.

La zone montagneuse est constituée de la chaîne des Bibans Babors et de l'ensemble Akfadou - Gouraya , elle occupe les trois quarts de la superficie totale de la Wilaya et présente des pentes partout supérieures à 25%. Les sols en majorité silicieux sont érodés.

La Wilaya de Vgayeth reçoit en moyenne 670 à 1.000 Mm de pluies par an. Les températures sont adoucies sur le littoral (Hiver doux, été chaud) un peu moins dans la vallée de la Soummam. La zone de montagne voit au contraire des gelées fréquentes. Les vents dominants sont les vents du nord-ouest (vents marins qui s'engouffrent facilement dans la vallée de la Soummam ). Le littoral n'est pas à l'abri du Sirocco

Faisant partie d'une région assez arrosée, la Wilaya de Vgayeth est traversée par plusieurs Oueds, les plus importants sont :l'Oued Soummam, l'Oued Djemâa, l'Oued Agrioun, l'Oued Zitoun, l'Oued Bou-Sellam, l'Oued Amassin

: منتديات صحابي http://www.s7aby.com/t57501-3.html#post447351










عرض البوم صور محمد الامين   رد مع اقتباس
قديم 01-23-2011   المشاركة رقم: 28 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة


البيانات
التسجيل: Jan 2011
العضوية: 21558
المشاركات: 2 [+]
بمعدل : 0.00 يوميا
اخر زياره : 01-23-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 10

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
cHOUHINHO غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

ذهلت للعمل الجبار الذي قمت به الف الف مبروك على طولت البال
مشكووووووووووووور









عرض البوم صور cHOUHINHO   رد مع اقتباس
قديم 02-05-2011   المشاركة رقم: 29 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية قسنطينية حرة


البيانات
التسجيل: Apr 2010
العضوية: 8310
المشاركات: 483 [+]
بمعدل : 0.17 يوميا
اخر زياره : 08-05-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 18

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
قسنطينية حرة غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

شكرا بارك الله فيك









عرض البوم صور قسنطينية حرة   رد مع اقتباس
قديم 02-05-2011   المشاركة رقم: 30 (permalink)
المعلومات
الكاتب:
اللقب:
الرتبة
الصورة الرمزية
 
الصورة الرمزية قسنطينية حرة


البيانات
التسجيل: Apr 2010
العضوية: 8310
المشاركات: 483 [+]
بمعدل : 0.17 يوميا
اخر زياره : 08-05-2011 [+]
معدل التقييم:
نقاط التقييم: 18

التوقيت

الإتصالات
الحالة:
قسنطينية حرة غير متواجد حالياً
وسائل الإتصال:

كاتب الموضوع : محمد الامين المنتدى : منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية
افتراضي

اريد بحث حول اي حيوان من فضلك بالفرنسية









عرض البوم صور قسنطينية حرة   رد مع اقتباس
إضافة رد

مواقع النشر (المفضلة)

أدوات الموضوع
انواع عرض الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة
Trackbacks are متاحة
Pingbacks are متاحة
Refbacks are متاحة


المواضيع المتشابهه
الموضوع كاتب الموضوع المنتدى مشاركات آخر مشاركة
موسوعة البحوث الجاهزة للطور المتوسط محمد الامين منتدى خاص بالبحوث و الكتب المدرسية 25 07-04-2011 12:06 AM
كل مذكرات العلوم الفيزيائية و التكنولوجيا للطور المتوسط Dzayerna منتدى التعليم المتوسط 2016 { BEM } 16 02-28-2011 09:26 PM
موسوعة هندسية مدنية بالفرنسية محمد الامين منتدى كلية الهندسة , 3 02-05-2011 03:39 PM
موسوعة البحوث العلمية الجاهزة maissa منتدى أرشيف المواضيع المخالفة و المكرره 34 01-13-2011 01:52 PM
اهم دروس الانجليزية مشروحة باللغة العربية لطلاب المتوسط -- حياة منتدى التعليم المتوسط 2016 { BEM } 12 10-07-2010 04:44 PM


الساعة الآن 06:30 AM


Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Search Engine Optimization by vBSEO 3.6.1 TranZ By Almuhajir
new notificatio by 9adq_ala7sas
جميع حقوق محفوظة لشبكة صحابي لكل جزائرين والعرب

//

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302